Des produits adjuvants et fongicides conçus et fabriqués par en France

Carpocapse des pommes poires

Tordeuse des arbres fruitiers : pommes, poires

L’adulte mesure 15 à 20 mm d’envergure. Les ailes antérieures sont grises marbrées de lignes plus sombres, elles portent à l’arrière une grande tache brune. Les ailes postérieures sont brun rougeâtre et finement ciliées. 

L’œuf mesurant 1 mm de diamètre est rond et aplati. Il est pondu isolément sur la face supérieure des feuilles, sur les fruits ou sur les rameaux. 

https://www.helioterpen.fr/uploads/images/1565255941_actionpinarbresfruitiersravageurscarpocapsepommepoire.jpg

(Crédits photo R. COUTIN - INRA)

Les galeries dans le fruit aboutissant aux pépins dévorés, déprécient le fruit. Le fruit attaqué présente la trace de sortie de la larve mature, reconnaissable à l’accumulation d’excréments brunâtres. Ces attaquent entraînent aussi une chute des fruits au cours de l’été.

Le carpocapse se rencontre surtout sur pommier, poirier et noyer. Cependant, il est également présent sur les arbres à noyaux (pêcher, abricotier, prunier).

En France, l’insecte connaît 1 à 3 générations par an selon les régins et les conditions climatiques. 

Les premiers adultes apparaissent sur avril-mai. L’adulte au vol diurne est actif si la température dépasse 15°C. Sa longévité est de 15 à 18 jours. Les œufs sont pondus sur les feuilles, les rameaux ou les jeunes fruits. Une femelle peut pondre 30 à 50 œufs en moyenne. Les œufs éclosent fin mai.

La larve connaît un stade baladeur de 2 à 5 jours, à la recherche d’un fruit. Après quelques morsures d’exploration, la larve pénètre dans un fruit, au point de contact entre deux fruits, au point de contact entre un fruit et une feuille, ou bien prés du pédoncule ou au niveau de l’œil. La larve se développe sur une durée de 20 à 30 jours. A l’issue de son développement, la larve quitte le fruit et part se nymphoser dans un cocon à l’abri dans les anfractuosités d’écorce. 

Pour les larves de printemps et d’été, il existe deux possibilités : soit la larve de cinquième stade entre en diapause dans son cocon jusqu’au printemps suivant ; soit la larve se métamorphose pour donner les adultes de seconde génération.

Toutes les larves ayant fini leur développement en août-octobre, entrent en diapause dans leur cocon.

Pour les larves diapausantes, la métamorphose a lieu en avril de l’année suivante. 


Le carpocapse est un des insectes les plus nuisibles pour la pomme et la poire. La lutte contre le carpocapse peut être réalisée par lutte biologique ou lutte phytosanitaire.

La confusion sexuelle des papillons peut être une première mesure de lutte après la floraison en accrochant des diffuseurs dans la parcelle.
En fin de printemps et pendant l'été, le virus de la granulose est utilisable en agriculture biologique dès le début des éclosions et son application peut être répété à une intervalle de 10 à 15 jours.

Les insecticides de type ovicides et larvicides ont une meilleure rémanence et peuvent être utilisés respectivement en début de ponte ou au début des éclosions.
Le seuil d'intervention contre le carpocapse de la pomme et de la poire est de 5 à 7 papillons par piège par semaine ou dès 1% des fruits attaqués.

Nous vous conseillons les adjuvants utilisables en agriculture bio ACTION PIN  en association avec un produit insecticide contre le carpocapse du poirier et du pommier :

                            HELIOSOL®                                           CALANQUE®                                                  ESCAPADE®