Des produits adjuvants et fongicides conçus et fabriqués par en France

Carpocapse des prunes

Tordeuse des arbres fruitiers : prunes

L’adulte mesure de 13 à 15 mm d’envergure. Les ailes antérieures de forme triangulaire sont gris-brun foncé. La couleur s’éclaircie vers l’apex formant ainsi une tache grise dont au centre figurent quatre petits bâtonnets noirs. Les ailes postérieures sont gris-brunâtre.

L’œuf est aplati et blanchâtre.

La larve mesure de 10 à 12 mm de long. Elle est de couleur rose vif sur le dos et rose sur le ventre. Sa tête est brun foncé. Elle porte quelques taches brunes sur le thorax. Son corps est recouvert de fines soies.

Carpocapse du pecher

(Crédits photo ECOPHYTOPIC)


Les dégâts des chenilles de première génération passent inaperçue car la chute des fruits qu’elles provoquent, se confond avec la chute physiologique.

Les larves de seconde génération occasionnent des pertes importantes sur les variétés tardives ou semi-tardives. Le fruit atteint prend une coloration foncée et présente une goutte de gomme à la sortie de l’orifice de pénétration. Souvent les fruits véreux tombent prématurément. Les variétés précoces sont moins touchées.

Ce carpocapse spécifique au prunier connaît deux générations par an. 

Les chenilles diapausantes se nymphosent dans leur cocon, à partir de fin mars. Les premiers vols apparaissent entre fin avril et début juin. Le pic de vol est atteint environ quinze jours après le stade floraison du prunier. Les papillons volent au crépuscule. Les pontes débutent lorsque la prune a un diamètre de 10 mm, puis s’échelonnent sur environ un mois. La ponte a lieu le soir quand les températures dépassent le seuil de 15°C. Une femelle peut pondre jusqu’à 45 œufs isolément sur la partie inférieure du fruit. Les œufs éclosent 9 à 15 jours plus tard. La jeune larve pénètre rapidement dans le fruit par la base du pédoncule, sectionnant ainsi les faisceaux libéro-ligneux. A la fin de son développement, la larve de première génération quitte le fruit et se nymphose dans un cocon.

Le second vol a lieu fin juin. La ponte s’échelonne sur 3 à 4 semaines. Les œufs sont déposés sur des prunes ayant souvent terminé leur croissance. La larve se développe dans le fruit. A l’issue de son développement la larve de seconde génération quitte le fruit et tisse un cocon dans une anfractuosité d’écorce ou dans un abri au sol, puis elle entre en diapause pour passer l’hiver

La lutte contre le carpocapse des prunes en agriculture biologique s'effectue par confusion sexuelle au moyen de diffuseurs avant, pendant et après la floraison.

La première génération de ce ravageur est peu nuisible, c'est au moment du deuxième vol que l'on peut raisonner le traitement.
Des traitements insecticides sont réalisables durant l'été en cas de forte infestation.
Le seuil d'intervention pour le carpocapse des prunes est de 1 à 3% de ponte ou d'attaque sur 500 fruits.

Nous vous conseillons les adjuvants utilisables en agriculture bio ACTION PIN  en association avec un produit insecticide contre le carpocapse des prunes :

                            HELIOSOL®                                           CALANQUE®                                                  ESCAPADE®